Un Soupçon de Rose | Inspiration minimaliste et style de vie

6.2.16

Vers le minimalisme

Vers le minimalisme | Un Soupçon de Rose Vers le minimalisme | Un Soupçon de Rose

Aujourd'hui, j'ai envie de parler de quelque chose de personnel. Comme vous le savez déjà (ou pas), j'ai une maîtrise en Environnement et Développement durable. C'est d'ailleurs cette maîtrise qui m'a fait venir au Québec. Étant une fervente amoureuse de la planète Terre et de toutes les espèces qui l'habitent, cette maîtrise a été un accomplissement personnel. Je pense qu'il est de mon devoir, en tant que citoyenne, de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour mener une vie qui soit le plus en harmonie possible avec la planète et ses habitants, non seulement actuels, mais également les générations futures.


Jusqu'à présent, je pensais être une citoyenne relativement responsable, je recycle, je fais attention à ma consommation d'eau et d'électricité, j'essaye d'acheter des produits locaux et certifiés biologiques le plus possible, etc. Mais récemment, j'ai réalisé que ce n'était pas suffisant et que mon mode de vie ne correspondait toujours pas à mes valeurs personnelles.

J'ai réalisé que malgré tous mes efforts, je faisais quand même partie de cette société de surconsommation occidentale. Oui, je surconsomme beaucoup, surtout du maquillage, des fringues et des objets de décoration intérieure dont je me lasse rapidement. Ayant réalisé ça, j'ai voulu me pencher sur la cause de cette surconsommation, comprendre pourquoi j'avais toujours envie d'acheter... et j'en suis arrivée à la conclusion que la cause, c'est le stress.

L'année passée, je travaillais dans une pharmacie et je n'aimais pas du tout mon emploi. Je finissais mes journées frustrée, fatiguée, et surtout stressée. En plus, dans une pharmacie, le maquillage est à portée de main, alors je me gâtais en sortant du boulot, en pensant que ça m'apportait un peu de réconfort momentané.

Aujourd'hui, la situation est totalement différente. J'ai changé d'emploi et je suis beaucoup plus heureuse, je rentre le soir certes fatiguée, mais avec un grand sourire sur les lèvres et je suis beaucoup moins stressée. Et maintenant que j'y pense, je n'éprouve plus ce besoin impulsif d'acheter. Oui j'ai encore envie de temps en temps, mais je sais me raisonner. C'est ce changement d'emploi qui a été l'élément déclencheur, qui m'a fait réaliser que je devais changer ma vie et mon mode de consommation, pour un mode de vie plus minimaliste.

 LE MINIMALISME

Le minimalisme, c'est de prendre conscience de ses propres besoins, et de sa consommation. C'est de se concentrer sur ce qui nous rend heureux.

Il y a différents types de minimalisme, mais il faut se souvenir qu'il n'y a pas de règles. Tout le monde peut s'appeler un minimaliste, car les besoins de chacun sont différents.

Le minimalisme esthétique | C'est d'aimer les espaces clairs et non encombrés. C'est d'aimer les couleurs neutres comme le blanc, le beige, le gris ou le noir, les lignes épurées. C'est d'aimer les pièces qui inspirent le calme et la paix.

Le minimalisme de consommation | C'est quand on a envie de moins consommer, de ne plus faire partie de cette société de consommation. Quand on a envie que les objets qui nous entourent aient un but précis : soit ils sont utiles, soit ils nous apportent de la joie.

Le minimalisme de possession | C'est quand on veut vivre le plus simplement possible, en ne possédant que le strict minimum. Cela permet de pouvoir avoir une vie plus nomade, avec moins d'attaches, car on peut partir du jour au lendemain en prenant avec soi toutes ses possessions. C'est quand on veut se libérer du poids des choses que l'on possède.

Le minimalisme environnemental | L'idée, c'est de comprendre que notre présence sur la planète a un impact. On utilise chaque jour des ressources naturelles, en mangeant, en buvant, en respirant, en se déplaçant, etc. Le minimalisme environnemental, c'est l'envie d'utiliser le moins de ressources naturelles possible. C'est de penser à tout ce qu'il y a derrière le lait qu'on met dans notre café le matin. La vache qui la créé, le veau qui a été arraché à sa mère pour qu'on puisse récupérer son lait, les céréales qui ont été cultivées pour la nourrir, les pesticides qui ont pu être répandus sur ces céréales, les machines qui ont été utilisées pour les récolter, la terre qui a été déforestée pour pouvoir installer ces cultures, et peut-être la famille qui a été dépossédée pour qu'on puisse abattre les arbres.

Le minimalisme éthique | Ce type de minimalisme rejoint beaucoup le précédent. Le principe, c'est de penser à qui est derrière l'objet qu'on veut acheter. Est-ce que c'est un enfant sous-payé et sous-nourri qui l'a fabriqué, est-ce que l'entreprise offre de bonnes conditions de travail à ses employés, est-ce qu'elle met à disposition un fond de scolarisation pour les enfants de ses employés, est-ce que des produits toxiques sont utilisés pour teindre ce vêtement, etc. C'est de se poser la question : est-ce que ma consommation nuit à la santé ou au bien-être de quelqu'un?

On peut également décider de devenir minimalisme parce qu'on veut investir son argent de manière plus responsable et réfléchie. Enfin, on a peut-être tout simplement envie de donner le bon exemple à ses enfants, de leur montrer que notre niveau de bonheur n'est pas proportionnel au nombre d'objets que l'on possède.
Comme je l'ai mentionné plus haut, il n'y a pas de règles, et ces catégories sont celles dans lesquelles je me retrouve.

Ce que je veux, ce n'est pas de ne plus consommer, mais c'est de mieux consommer.
C'est de consommer de manière plus éthique.
C'est de consommer des produits de meilleure qualité.
C'est de consommer de manière plus durable.
C'est de consommer plus intelligemment.
C'est de me poser les questions: "est-ce que j'ai vraiment besoin de cet objet?", "Est-ce que cet objet m'apporte de la joie?"
Ce que je veux, c'est que mon argent serve à créer des souvenirs.
Ce que je ne veux pas, c'est que ma consommation nuise à la santé d'autrui.
Enfin, je veux transmettre ces belles valeurs à mes enfants.

Pour moi, c'est ça le minimalisme, c'est revenir à ses besoins primaires, arrêter de se préoccuper des choses qui ne sont pas importantes, et enfin apprécier la vie dans sa grande simplicité.

Cette vidéo est la première d'une nouvelle série sur ma chaîne appelée "Vers le minimalisme", série dans laquelle je vais partager avec vous mon voyage vers le minimalisme, les changements que je vais apporter dans ma vie, des astuces, mais aussi les embûches que je vais rencontrer.
Évidemment, cette série n'est pas là pour vous juger et vous convaincre de changer votre mode de consommation, elle explique les raisons pour lesquelles moi j'ai décidé de changer ma vie, et au passage, peut-être qu'elle vous inspirera à faire de même.

Marjorie

Vous pouvez me suivre sur les réseaux sociaux pour encore plus d'inspiration :